Chapelle

Publié le par florend

Chapelle

Si la RN7 fait briller les yeux de nostalgiques d’aujourd’hui, il faut tout de même rappeler que pendant les Trente Glorieuses, la Route Bleue a eu son lot d’accidents et de drames. L’état de la chaussée, la fréquentation, la vitesse, l’absence de ceintures de sécurité, et le comportement de certains automobilistes ont été fatal à beaucoup. En 1954 est édifiée cette chapelle à une centaine de kilomètres de Paris. Si le bâtiment en tant que tel n’a rien d’exceptionnel sur le plan architectural, les vitraux contemporains valent le détour avec les armoiries des villes traversées par la RN7 que l’on retrouve sous la forme d’un ruban bleu comme elle…

(Fontenay sur Loing (45) – Août 2015)

Publié dans RN7

Commenter cet article

stef 17/09/2015 14:01

on peut toujours mieux faire, mais, même avec les restrictions draconienne en matière de vitesse, c'est le comportement des usagers qui n'a pas changé depuis le temps, et plus les voitures sont sécurisées moins "ils" font gaffent!! le véhicule corrige beaucoup de conneries!! j'en fait aussi, mais avec une ancienne je m'en rend compte plus tôt!!

florent 16/09/2015 20:31

et oui ivan ... aujourd'hui 6 fois moins avec davantage de véhicules sur les routes, mais " peut mieux faire !"

ivan 16/09/2015 22:18

Il y a plus urgent avec les cancers ou les accidents domestiques qui font beaucoup, mais alors beaucoup plus de victimes.
Sinon, ta 4o4 dans cet ambiance c'est parfait ;-)

ivan 16/09/2015 16:23

Tu te rends compte qu'en 1972 on dépassait les 18000 décès sur la route. En plus des infrastructures nettement moins modernes il ne faut pas oublier non plus qu'un déjeuner sur la route c'était le litron de rouge pour être revigoré l'après-midi !